Actualité : Le surpoids prédispose bien à plusieurs types de cancers

0
110

Le cancer est une maladie qui implique plusieurs facteurs de risque comme la génétique et l’environnement mais également le mode de vie. Dans ce domaine, il est prouvé que l’alcool, le tabac et l’alimentation ont un impact sur la survenue de cette maladie. Un rapport établit par des experts du Centers for Disease Control and Prevention (CDC) vient notamment de confirmer que le surpoids et l’obésité favorisent pas moins de 13 types de cancers différents.

Ses conclusions affirment qu’environ 630 000 personnes aux Etats-Unis ont été diagnostiquées avec un cancer associé à ces facteurs de risque en 2014, dont deux cas sur trois concernent les adultes entre 50 et 74 ans. « Le fait d’être en surpoids ou en obésité met les gens plus à risque pour un certain nombre de cancers, de sorte que ces résultats sont préoccupants., a déclaré Brenda Fitzgerald du CDC. « En gardant un poids de santé, nous pouvons jouer un rôle dans leur prévention. « 

Ce rapport confirme les affirmations de l’Agence internationale pour la recherche sur le cancer (CIRC) qui a identifié au fil de ces études 13 cancers qui y sont associés. Il s’agit du méningiome (tumeur au niveau des méninges), du myélome multiple (maladie de la moelle osseuse), du cancer de l’œsophage, de la thyroïde, du sein après ménopause, de la vésicule biliaire, de l’estomac, du foie, du pancréas, des reins, des ovaires, de l’utérus, du côlon et du rectum (colorectal).

Bien surveiller son indice de masse corporelle

Plus précisément, les chercheurs du CDC ont établi que 55% de tous les cancers diagnostiqués chez les femmes et 24% de ceux diagnostiqués chez les hommes sont associés à un surpoids et à l’obésité. Ce type de cancers a par ailleurs augmenté de 7% entre 2005 et 2014, à l’exception du cancer colorectal en raison principalement du dépistage. A l’inverse, les cancers non associés au surpoids et à l’obésité ont diminué de 13% sur la même période.

« En tant qu’oncologue, quand les gens me demandent s’il y a un remède contre le cancer, je dis: ‘oui, la bonne santé est le meilleur moyen de prévenir les maladies chroniques, y compris le cancer. », ajoute le Pr Lisa C. Richardson du CDC. C’est pourquoi ces experts recommandent aux professionnels de santé de toujours mesurer le poids, la taille et l’indice de masse corporelle de leurs patients et de leur rappeler de veiller à garder un poids de santé.

Quant aux personnes atteintes d’obésité, ils recommandent de les « renvoyer à des programmes intensifs qui incluent une variété d’activités pour les aider à gérer leur poids. » Si ce rapport se cantonne aux Etats-Unis, les autres pays ne sont pas en reste puisqu’en 2014, le CIRC a indiqué que la surcharge pondérale et l’obésité, à partir d’un IMC supérieur à 25, ont été responsables d’environ 3,6% (481 000) des nouveaux cas de cancer dans le monde en 2012.

De nombreux organes sont susceptibles d’être touchés

« Il ressort de cette étude que, à l’échelle mondiale, la proportion de cancers liés à l’obésité est plus élevée chez les femmes que chez les hommes: 5,3% contre 1,9%. », précisaient les auteurs. En France aussi, les agences sanitaires mettent fréquemment en garde contre le surpoids et l’obésité en tant que facteurs de risques officiels. L’Inserm* précise ainsi qu’ils augmentent le risque de cancer de l’œsophage, du pancréas, du côlon, du rectum, de l’endomètre, du rein et du sein en post-ménopause.

« Il a été démontré qu’une augmentation de 5 points de l’indice de masse corporel accroissait le risque de cancer du sein de 8 % et jusqu’à 55 % pour le cancer de l’œsophage. », souligne notamment l’institut. Plusieurs pistes sont évoquées pour expliquer ce lien de cause à effet, notamment le fait qu’une surcharge pondérale provoque sur le long terme une surproduction d’hormones que sont les œstrogènes, la testostérone et l’insuline.

Par ailleurs, elle serait également susceptible d’entraîner au sein de l’organisme des réactions inflammatoires potentiellement cancérigènes. Ce qui explique également pourquoi surpoids et obésité majorent aussi les risques de récidives et de seconds cancers. Sans oublier qu’il s’agit également de facteurs de risques majeurs pour d’autres maladies chroniques comme le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, les atteintes cardiovasculaires et le syndrome d’apnée du sommeil.

*Institut national de la santé et de la recherche médicale

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here