Actualité : Qualité de l’air : une amélioration progressive en France

0
79

Les stratégies mises en œuvre depuis des années pour réduire la pollution de l’air semblent porter leurs fruits : la concentration de dioxyde d’azote et  des particules fines ont baissé de 17,3 et 15,1%, et des pics d’ozone ont été réduits de 3,8% sur la période 2000-2010. Les métaux lourds et les composés soufrés ont également diminué. Ce constat est issu du rapport dressé par le Laboratoire central de surveillance de la qualité de l’air (LCSQA). Et cette tendance à la baisse des niveaux de particules et des pics d’ozone se confirment, voire s’accentuent, estiment les experts.

Seul hic : des dépassements des normes européennes sur les particules fines et les oxydes d’azote ont encore lieu dans certaines régions. Le rapport, publié à l’occasion de la Journée nationale de la qualité de l’air, fait également état d’une certaine inquiétude « pour les tendances de composés azotés dans les particules fines (nitrates) qui stagnent depuis les années 2000 ». Des chiffres à tenir en compte puisque la pollution de l’air est responsable d’environ 50 000 décès prématurés chaque année dans l’Hexagone. 

Le gouvernement a encore quelques mois, jusqu’au 31 mars 2018, pour rétablir les concentrations de particules fines et de dioxyde d’azote en dessous des valeurs autorisées par les directives européennes partout en France. Douze zones (Paris, Marseille, Grenoble, Lyon, Strasbourg, Toulouse…) doivent donc se débarrasser du dioxyde d’azote, et trois (Rhône-Alpes, Paris, Martinique) des particules. Les ministres Nicolas Hulot et Agnès Buzyn ont déclaré qu’ils prendraient « toutes les mesures qui s’imposent dans les mois à venir pour lutter contre le fléau de la pollution de l’air ».

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here