Actualité : Pilule contraceptive : les étudiantes et lycéennes lui font moins confiance

0
49

À l’occasion de la journée mondiale de la contraception, le 26 septembre 2017, un sondage montre que l’usage de la pilule est en baisse chez les jeunes filles. La « pilule du lendemain » est plébiscitée. Quant au préservatif, il est loin d’être systématique.

Un sondage Opinion Way réalisé pour la Smerep, une mutuelle étudiante, montre que la pilule contraceptive est de plus en plus boudée par les étudiantes et les lycéennes. Alors que 64 % d’entre elles y avaient recours en 2009, elles ne sont plus que 51 % en 2017.

Les raisons de cette reculade ? 46 % disent ne pas avoir de rapports sexuels, 33 % utilisent un autre moyen de contraception et 20 % invoquent un impact négatif de la pilule sur leur santé.

En parallèle, la contraception d’urgence, dite « pilule du lendemain », semble plébiscitée. 40 % des étudiantes y ont déjà eu recours. Et même plus de trois fois pour 11 % d’entre elles. En Ile-de-France, plus spécifiquement, 34 % des lycéennes ont déjà utilisé une pilule du lendemain (contre 20 % en 2016), au-moins deux fois pour 13 % d’entre elles.

L’usage du préservatif, en revanche, semble toujours compliqué. 20 % des étudiants disent ne pas trop savoir comment le mettre. Au total, 54 % ne l’utilisent pas systématiquement lors d’un rapport sexuel (37 % des lycéens).

Le sondage montre, par ailleurs, que 6 % des étudiantes et 7 % des lycéennes ont déjà pratiqué une interruption volontaire de grossesse (IVG).

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here