Actualité : Les règles de sécurité pour des activités en mer et montagne

0
65

Première destination touristique mondiale, la France attire aussi bien pour ses domaines de montagnes que pour son littoral. Chaque année, les activités sportives pratiquées dans ces lieux suscitent un réel engouement mais ces dernières exposent néanmoins les pratiquants à de nombreux types d’accidents. Samedi 22 juillet, un garçon de 11 ans n’a pas survécu à sa chute alors qu’il faisait du VTT avec son père sur un chemin rocailleux dans la station de ski de Chalmazel (Loire).

Dans le cadre d’une campagne lancée par le ministère des Sports, un site internet propose de nombreux conseils à tous ceux qui souhaitent pratiquer une activité sportive cet été. Selon ses chiffres, chaque été, ce sont plus de 3000 interventions des services de secours en montagne (dont la moitié concerne des personnes pratiquant la randonnée pédestre) et 1200 noyades accidentelles (dont la moitié en mer) qui sont enregistrées.

« Les conditions météorologiques, un équipement mal adapté, une activité physique ou sportive insuffisamment préparée, sont autant de facteurs qui peuvent mettre gravement en danger la vie des vacanciers. », affirme-t-il. Ainsi, si les activités en montages sont nombreuses (randonnée pédestre, VTT, escalade, sports d’eau vive, parapente), les gestes à adopter avant et pendant ces dernières pour éviter un accident le sont tout autant.

Bien s’équiper avant une sortie

Pour que la montagne reste un plaisir, les activités se préparent avant la sortie en elle-même, en se renseignant auprès des professionnels (moniteurs, guides de haute montagne, accompagnateurs en moyenne montagne, loueurs…), des offices de tourisme et des fédérations des sports de nature, qui proposent des activités encadrées. Il est également indispensable de s’assurer que le matériel répond aux normes de certification et de vérifier visuellement son usure.

Il convient aussi d’emporter avec soi de quoi s’alimenter et s’hydrater, les numéros d’urgence utiles et une carte détaillée du lieu et un GPS. Sans oublier une trousse de premier secours (pansement compressif, bande, sparadrap…) pour les randonneurs. Pendant une sortie, les deux règles principales sont les mêmes quelles que soient les activités: ne jamais partir seul en montagne et ne pas se surestimer.

« Sachez renoncer, faire demi-tour ou raccourcir votre sortie si vous êtes fatigué, si les conditions de pratique se dégradent ou si un membre n’est plus en mesure de suivre le rythme. », précise le ministère des Sports, qui recommande d’apprendre à reconnaître le balisage des sentiers et à lire une carte. Pour une randonnée par exemple, il est très important de choisir l’itinéraire en fonction de la condition physique et l’expérience et de l’adapter aux difficultés rencontrées (dénivelé, terrain, météo…).

Les bons comportements à adopter en milieu aquatique

En cas d’accident, le ministère des Sports indique également les gestes essentiels à suivre: protégez la victime d’un autre danger imminent (chute de pierres, collision), la couvrir et alerter les secours (numéro d’appel d’urgence 112) en indiquant le lieu précis et l’heure de l’accident (coordonnées GPS, altitude, itinéraire…) ainsi que le nom et le numéro d’appel, le nombre de victimes, et la nature et la gravité de l’accident (inconscience, blessures apparentes…).

Pour les personnes préférant le bord de mer pour le surf ou le stand up paddle, ces pratiques impliquent le respect de quelques règles de sécurité, de priorité et de convivialité. Encore une fois, il s’agit de connaître son niveau. Les surfeurs débutant doivent ainsi rester dans les petites vagues et utiliser une planche en mousse. « Ne paniquez pas si vous êtes pris dans le courant, n’essayez pas de revenir au bord à la nage. Restez sur votre planche et agitez les bras pour alerter les secours« , fait savoir la brochure du ministère des Sports.

En ce qui concerne le stand up paddle, en mer, sur un lac ou en rivière, deux préalables sont essentiels avant de se lancer: je sais nager et je ne navigue pas par temps d’orage. A noter que le ministère a mis en place le dispositif « Suricate » qui permet « d’être acteur de la qualité des sites de pratique » en signalant tout problème rencontré sur l’itinéraire, site ou espace de pratique de ces sports de nature.

Il est également possible de se renseigner sur la qualité des eaux de baignade en temps réel et durant toute la saison balnéaire (eau douce et eau de mer) sur le site Internet du ministère de la Santé. Enfin, toutes ces précautions pendant ces activités en tous genres ne doivent pas éclipser celles à suivre tous les jours pour se protéger des risques du soleil, à savoir bien s’hydrater, se couvrir et renouveler souvent l’application de sa crème solaire.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here